Le Laser Excimer pour votre opération des yeux

Que vous soyez myope, astigmate ou hypermétrope, vous pouvez faire corriger votre trouble de la vision grâce à la chirurgie réfractive. Cette spécialité, dont le nom provient du fait qu’elle modifie la réfraction oculaire, est née dans les années 70. Elle vous permet de recouvrer une vision suffisante pour abandonner lunettes et lentilles.

L’utilisation d’un matériel de pointe, dont fait partie le laser Excimer, apporte un niveau de précision exceptionnel. D’excellents résultats sont la norme et cela, dans des conditions confortables pour le patient, ce qui n’a pas toujours été le cas dans le passé.

Quel est le rôle du laser Excimer en chirurgie réfractive ?

Son nom provient de « Excited Dimer », et c’est dès le début des années 80 qu’il a intéressé les physiciens et les médecins.

A l’origine destiné à la cardiologie, le laser Excimer s’avère vite fort intéressant en ophtalmologie.

En effet, ne provoquant pas d’échauffement notable, il ne provoque pas de brûlure. L’Excimer fonctionne avec un rayon « froid » dans les ultraviolets, à l’aide d’un mélange de fluor et d’argon. Il vaporise, avec une précision extrême de 0,25 micron (soit ¼ de millième de millimètre), les tissus de la cornée. Ce laser ne touche donc que les zones qui ont besoin d’être traitées sans le moindre impact sur les tissus voisins.

D’abord envisagé comme une alternative au bistouri manuel, le kératome, pour pratiquer l’incision de la cornée, il a finalement rempli une tout autre fonction. En effet, son potentiel et ses capacités techniques se sont avérés plus adaptés pour reprofiler la cornée et en modifier la forme.

Il sera complété, en 1993, par l’eyetracker (« suiveur d’œil ») mécanisme qui permet au laser de suivre l’œil, s’il bouge, puis d’interrompre immédiatement le laser en cas de mouvement trop important, empêchant ainsi de corriger la forme de la cornée au mauvais endroit.

L’incision sera finalement confiée, plus tard, au laser LASIK femtoseconde, utilisé par les chirurgiens partenaires de Novacorpus.

Les débuts du laser Excimer dans la chirurgie réfractive

A son arrivée et jusqu’en 1998, le laser Excimer a été adopté pour appliquer la technique de la PKR (ou PRK) à la surface de la cornée. Cette méthode était efficace mais douloureuse, car on retirait l’épithélium, feuillet de cellules protégeant la cornée, riche en terminaisons nerveuses.

1998 est une année révolutionnaire pour la chirurgie des yeux. En effet, le laser Excimer utilise désormais la technique LASIK : l’épithélium n’est plus retiré, ce qui évite ou réduit considérablement la douleur mais un volet est créé. Cela permet de le refermer après la correction de la courbure de la cornée. Le volet agit alors comme un pansement naturel, protégeant le site d’intervention. La fréquence du laser passe à 50 Hz, ce qui permet de traiter, non seulement la myopie, mais aussi l’hypermétropie et l’astigmatisme.

Au lieu de rester en surface, le laser peut travailler sous le volet de la cornée, ce qui contribue à réduire les douleurs et les complications. Ceci est possible grâce à une découpe faite préalablement à l’aide d’un bistouri appelé microkératome.

À partir de 2001, on améliore encore le laser, en passant progressivement à 100 Hz puis à 500 Hz.

La méthode du LASIK est alors généralisée au détriment de la méthode de la PKR.

Depuis 2004 (dans les meilleurs centres), que ce soit pour l’opération de la myopie, de l’astigmatisme ou de l’hypermétropie, on pratique la chirurgie 100 %, laser,ce qui inclus la découpe préalable, faite grâce à un autre laser, appelé laser femtoseconde. Les nouvelles méthodes de chirurgie laser des yeux permettent de traiter des corrections plus importantes (mesurées en dioptries) qu’avant. Ainsi les myopies sont opérables jusqu’à -10, les hypermétropie jusqu’à +4 voire +5 et les astigmatismes, jusqu’à + 6).

Depuis quelques années, une autre nouvelle technique, le Relex Smile, est utilisée, en particulier pour les myopies.

Les dernières techniques de pointe laser en matière de chirurgie réfractive

Aujourd’hui, les dernières techniques de pointe consistent en une opération toujours 100 % laser. La plus utilisée reste encore le Lasik femtoseconde ou femto LASIK. Elle est faite en deux étapes qui durent, ensemble moins de 1 à 2 minutes :

  • l’ouverture d’un volet dans la cornée par le laser femtoseconde (il crée de petites bulles à l’intérieur de la cornée, ce qui permet alors de détacher le volet, le temps de l’intervention) ;
  • la sculpture de la cornée, pour la corriger et réparer le défaut visuel.

La technique de la PKR n’est réservée qu’aux patients qui n’ont pas la possibilité de traitement par LASIK femtoseconde en raison des contre-indications qu’elles présentent (cornée trop fine ou irrégulière par exemple, ou patient souffrant de sécheresse oculaire très importante). Il s’agit en général de moins de 5% des patients.

La technique 100 % laser est la solution la plus efficace, la plus confortable pour le patient et celle qui connaît le plus faible risque de complications pour la plupart des défauts visuels. C’est celle que propose prioritairement Novacorpus. Pour les myopies, le Relex Smile est une autre option très intéressante.

Les modèles de laser utilisés dans nos cliniques partenaires :

  • le laser femtoseconde, qui procède, durant quelques secondes, à l’ouverture du volet ;
  • le laser Excimer, utilisé pour la correction cornéenne proprement dite.

Le bistouri ou microkératome a été abandonné car il offrait une moindre précision et une prédictibilité moins bonne qu’un traitement laser pour le chirurgien ophtalmologue.

Résultats d’une opération des yeux au laser et suivi post-opératoire

L’effet d’une opération des yeux au laser est quasi-immédiat sur la vision puisque en quelques heures seulement après l’intervention, la vision est considérablement améliorée. Cela ne prendra que quelques semaines (plus rarement quelques mois) pour que la vision soit intégralement corrigée.

L’opération laser est quasiment indolore. Le patient doit seulement suivre, durant les quelques jours postopératoires, un traitement sous forme de collyres (gouttes dans les yeux).

Il est à noter que 90% des patients en moyenne peuvent être opérés et 95% de ceux qui nous contactent car nous parvenons à les sélectionner plus précisément. Parmi les patients opérés env. 5% auront besoin d’une légère retouche par la suite. Elle est comprise dans le prix et concerne, surtout, certains patients ayant les plus grosses corrections.

Le choix de Novacorpus en chirurgie des yeux : une technique de pointe au meilleur coût

Pour ce type de chirurgie oculaire, les prix généralement constatés en Suisse s’élèvent jusqu’à 1’750 € par œil.

Novacorpus propose ces opérations en France, à Grenoble, pour un tarif à partir de 1’240 € par œil ou en Turquie à partir de 498 € par œil (3 nuits et transferts aéroport inclus).

Chez Novacorpus, fondée et dirigée par un médecin, le Dr Stéphane de Buren, nous sélectionnons des chirurgiens ophtalmologues francophones au sein de cliniques de pointe accréditées aux normes les plus strictes. Une équipe médicale vous prend en charge dans les meilleures conditions avant, pendant et après votre intervention. Le suivi postopératoire se fait en Suisse dans notre réseaux de médecins suisses et vous êtes également couverts par l’une des plus grandes assurances au monde.


Questions fréquentes :

Qu’est-ce que la cornée ?

La cornée est la membrane transparente située devant le globe oculaire et qui recouvre l’iris. Elle sert de lentille et absorbe les rayons lumineux pour les transmettre à la rétine de l’œil.

Qu’est-ce que la dioptrie ?

La dioptrie est l’unité de mesure utilisée en optique. Elle permet aux ophtalmologues de caractériser l’importance du défaut visuel. Son symbole est la lettre grecque δ.

Quel est l’impact de la fréquence du laser sur les capacités d’opération ?

Plus un laser va émettre sa lumière à intervalles rapprochés (p.ex. 500 hz = 500 fois par seconde) plus la correction sera rapide. Cependant, plus la fréquence augmente, plus la chaleur dégagée sera alors importante, raison pour laquelle, il n’est pas souhaitable de dépasser la limite actuelle de 500 Hz qui a permis de faire des traitements plus rapide et reste dans la zone de sécurité en termes de chaleur.


Quelles sont les complications du Femto-LASIK ?