implant dentaire chirurgie

Implant dentaire et diabète : compatibles ?

Le diabète touche une large part de la population, spécialement les patients après la soixantaine. Il est tout à fait possible de profiter d’un implant dentaire pour les patients diabétiques, à condition de prendre quelques précautions.

Le diabète est-il une contre-indication à la pose d’un implant dentaire ?

Quel que soit le type de diabète du patient – type 1 (DT1) ou type 2 (DT2) -, le risque de perte dentaire et de parodontopathie (affection des tissus soutenant les dents) sont plus élevés : de 2 à 3 fois plus que chez les patients non-diabétiques.

Il existe de nombreuses études portant sur le lien entre les diabètes et la pose d’implants dentaires ; pourtant peu d’entre elles apportent de réelles précisions sur les conditions et le taux de réussite de la pose d’un implant dentaire chez les diabétiques. On retient de ces études que la bonne hygiène bucco-dentaire et le sevrage tabagique du patient ainsi que son contrôle glycémique sont des facteurs déterminants, de même que l’expertise du chirurgien dentiste et l’exactitude de son bilan. 

Le diabète provoque fréquemment la perte des dents, qui se répercute sur la nutrition du diabétique et perturbe son équilibre glycémique. La perte dentaire favorise le risque de parodontopathie, et réciproquement, la parodontopathie accentue la perte des dents. La pose d’un implant dentaire chez le patient atteint de diabète est alors une solution efficace pour résoudre ces problèmes et le résultat est à la fois esthétique, fonctionnel, socio-psychologique et nutritionnel.

La nécessité d’un bilan approfondi

Les risques liés aux patients diabétiques sont à prendre en compte pour décider sereinement de la pose d’un implant dentaire : cela inclut la réalisation de la pose et le suivi du patient à court, moyen et  long terme.

La pose d’un implant dentaire n’est jamais une urgence vitale. Les échanges d’informations entre le médecin traitant et le chirurgien dentiste qui assure la pose doivent être aussi nombreux et précis que possible.  Le bilan pré-opératoire et le suivi du patient sont des étapes essentielles dans la réussite de la chirurgie dentaire.

Le bilan pré-opératoire tient compte de :

  • L’équilibre glycémique : l’hyperglycémie est considérée comme le principal responsable de l’échec de la pose d’un implant. Pour réunir les meilleures chances de réussite, l’HbA1C doit  être au maximum de 8% (dans l’idéal, inférieur ou égal à 7%).
  • La santé bucco-dentaire et osseuse :
    • L’hygiène de la bouche est un autre acteur fondamental de la réussite de la pose de l’implant car elle facilite le contrôle et donc l’équilibre glycémique ;
    • Elle va de pair avec le sevrage tabagique avant et après la chirurgie, la consommation de tabac entrainant des risques d’infection plus élevés ;
    • L’utilisation d’antiseptiques locaux avant et après l’opération permet d’éviter l’accumulation de plaque bactérienne, limitant ainsi le risque d’infection ;
    • L’état osseux de la mâchoire du patient diabétique est un élément clé dans la réussite de l’opération. Il comprend entre autres la quantité d’os et son niveau de résorption. Ces données permettent de calculer la capacité de stabilisation à la pose de l’implant. Le principal est de trouver un bon équilibre de l’os de la mâchoire pour que l’implant dentaire puisse se stabiliser.

Un suivi étroit et régulier

Quelque soit le type de diabète, la bonne santé bucco-dentaire du patient et l’équilibre de la glycémie sont requis pour augmenter le taux de réussite de l’opération. Malgré cela, les diabètes de type 1 (DT1) ont un peu plus de risque de perdre l’implant. C’est pourquoi un suivi étroit et régulier après la pose est essentiel.

Le diabète doit être contrôlé avant, pendant et après la pose de l’implant dentaire et la santé buccale ne doit pas être négligée. En effet, durant la stabilisation de l’implant dans la mâchoire, le risque d’infection ou de problèmes buccaux est élevé, spécialement chez les patients diabétiques.

À noter : le temps de guérison à la suite de la pose d’un implant peut être plus long pour les patients diabétiques. À condition de réunir les conditions décrites précédemment, il est tout à fait possible de poser un, voire plusieurs implants dentaires à un patient diabétique ; le diabète, en soi, n’étant pas une contre-indication.

Si vous êtes diabétique et que vous envisagez la pose d’implants, contactez-nous et nous répondrons à toutes vos questions.


Dr Stéphane de Buren

Le Dr Stéphane de Buren est le directeur et fondateur de Novacorpus. Il est reconnu comme l’un des meilleurs spécialistes européens du tourisme médical, avec plus de 25 ans d’expérience de la médecine et plus de 11 dans le domaine complexe de la chirurgie à l'étranger.