Arrêter de fumer avant une opération de chirurgie esthétique

Votre opération de chirurgie esthétique peut-elle vous aider à arrêter de fumer ?

Vous êtes fumeur ou fumeuse et vous envisagez la chirurgie esthétique ? Quelle que soit l’opération qui vous intéresse, il vous sera très vivement recommandé d’arrêter de fumer plusieurs semaines, voire mois, avant l’intervention, et souvent également après.

En effet, dans toute intervention de chirurgie, y compris de chirurgie esthétique, il existe des risques liés au tabac. Dans cet article nous allons les détailler, mais également nous pencher sur les avantages que cet arrêt forcé pourrait avoir pour vous sur le long terme.

Pourquoi faut-il s’arrêter de fumer avant l’opération ?

N’importe quel chirurgien vous le dira : avant toute intervention chirurgicale, il est très important d’arrêter la cigarette (y compris la cigarette électronique) ou le cigare. Cela s’explique tout naturellement par une volonté de la part de votre médecin de réduire au maximum les risques liés à l’opération, et de vous assurer une plus grande sécurité, un meilleur résultat esthétique, une meilleure santé et une convalescence plus rapide.

Les risques liés au tabac dans les opérations de chirurgie esthétique

Le tabac est mauvais pour la santé, les nombreuses campagnes sanitaires et les messages à caractère informatif et dissuasif qui ornent maintenant les paquets de cigarettes sont connus de tous. Cependant, certains ignorent le fait qu’il est également reconnu que le tabac peut provoquer plusieurs complications (parfois majeures) pendant ou après une intervention chirurgicale. Parmi ces complications, citons :

  • une augmentation des problèmes cardiovasculaires ou respiratoires : les risques de phlébite (thrombose veineuse profonde), d’embolie pulmonaire et d’œdèmes sont très augmentés par la consommation de tabac.
  • des complications dues à une infection, qui ont plus de chances de survenir chez les patients qui n’ont pas arrêté de fumer avant l’opération.

Les risques liés à la cicatrisation

Une grande partie des risques est également liée à la cicatrisation.

Il est recommandé de ne pas fumer dans les mois qui suivent l’intervention, afin de favoriser une bonne cicatrisation. La fumée du tabac contient du monoxyde de carbone qui prend la place de l’oxygène dans les globules rouges. Ceux-ci amènent normalement l’oxygène vers la cicatrice pour qu’elle puisse se réparer. L’oxygène est ce qui permet aux cellules de la cicatrice de se régénérer à plein régime. S’il y a moins d’oxygène qui leur parvient, cela les empêche de bien fonctionner voire de survivre et peut aller jusqu’à causer une nécrose (mort des tissus). Ainsi, un patient qui fume avant et directement après une opération de chirurgie esthétique pourrait avoir une cicatrisation plus longue, plus difficile et sujette à des complexités (cicatrice brunie, tissus abîmés, points de sutures qui sautent etc.). Certaines études ont montré que fumer une seule cigarette  plusieurs semaines avant l’intervention augmentait déjà fortement ce risque.

Dans tous les cas, Novacorpus travaille toujours avec des médecins hautement qualifiés, qui sauront vous expliquer précisément quels sont les risques encourus, n’hésitez pas à leur poser toutes les questions que vous souhaitez.

Les recommandations de Novacorpus

Afin de réduire les risques, il est donc fortement recommandé d’arrêter de fumer avant l’intervention,  pour toutes les opérations chirurgicales, qu’il s’agisse d’une opération du visage, du corps ou de la silhouette. Notez toutefois que les opérations qui nécessitent un décollement des tissus (lifting ou réduction mammaire, rhinoplastie, abdominoplastie ou lifting cervico-facial) sont particulièrement concernées par les problèmes liés à la consommation de tabac.

Ainsi, Novacorpus vous recommande fortement d’arrêter de fumer au minimum 2 mois avant et au moins 1 mois après une rhinoplastie, une blépharoplastie, un lifting du visage, une réduction mammaire ou un lifting mammaire.

Les effets sur la consommation de tabac à long terme

Si la perspective d’arrêter de fumer, au moins temporairement avant et après votre intervention vous semble rébarbative, sachez qu’elle a, outre le fait de limiter les risques directement liés à l’intervention, le mérite de pouvoir vous mener vers le chemin du sevrage complet.

Une étude américaine, publiée en septembre en 2017, et menée sur le long-terme, a montré que l’arrêt de la cigarette dans le cadre d’une intervention de chirurgie esthétique, avait incité une partie des patients à arrêter définitivement de fumer ou du moins à réduire considérablement leur consommation dans les années qui ont suivi.

 Présentation de l’étude

Dirigée par le docteur Aaron C. Van Slyke, de l’université de Colombie-Britanique à Vancouver, l’étude baptisée “Perioperative and Long-Term Smoking Behaviors in Cosmetic Surgery Patients”  (Comportements périopératoires et à long terme liés au tabagisme chez les patients opérés par chirurgie esthétique) a  permis de suivre, pendant 8 ans, 85 patients fumeurs, à qui il a été recommandé d’arrêter de fumer au moins 15 jours avant une intervention de chirurgie esthétique.

5 ans après l’intervention, 42 patients, fumeurs quotidiens, (pour la plupart des femmes avec une moyenne d’âge de 40 ans) ont répondu à un questionnaire sur leurs habitudes liées à la consommation de tabac.

Résultats de l’étude

D’après l’étude, après leur intervention et sur le long-terme, 40 % des patients ont déclarer ne plus fumer de manière quotidienne, 1/4 n’a plus touché une cigarette depuis l’opération chirurgicale.

La plupart ont déclaré avoir diminué leur consommation de tabac et 70 % ont estimé que prendre conscience des risques encourus lors de la chirurgie a influencé leur envie et leur capacité à réduire ou arrêter leur consommation de tabac.

N’hésitez pas à évoquer la question du tabac avec votre chirurgien

Chez Novacorpus, nous pensons que les patients doivent se sentir libres de poser toutes les questions à leur médecin avant l’intervention. Il est important que votre chirurgien comme votre anesthésiste aient en leur possession le maximum d’informations afin de s’adapter au mieux à votre situation.

Si vous êtes fumeur ou fumeuse et que vous envisagez sérieusement une opération de chirurgie esthétique, n’hésitez pas à en parler avec votre médecin. Il vous expliquera précisément la marche à suivre, vous donnera des recommandations et surtout pourra vous aider à réduire, voire arrêter définitivement, le tabac.